Greenpeace Afrique sur les inondations et les milliers de déplacés au Sénégal - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Greenpeace Afrique sur les inondations et les milliers de déplacés au Sénégal

Partager

Greenpeace Afrique sur les inondations et les milliers de déplacés au Sénégal: Les appuis ponctuels aux populations ne suffiront pas. Une politique environnementale audacieuse est essentielle pour lutter durablement contre les inondations



Le Sénégal s’est retrouvé submergé après d’importantes inondations, avec plus de précipitations en une journée que la quantité totale qui tombe habituellement pendant les trois mois de la saison des pluies. Le nombre définitif de personnes qui ont perdu la vie n’a pas encore été confirmé par les autorités.


« C’est un triste jour pour le Sénégal. Il y a eu des pertes de vies humaines et des milliers de personnes ont perdu leur maison. Nous présentons nos condoléances aux familles qui ont perdu des êtres chers. Greenpeace Afrique est solidaire de toutes les personnes impactées », a déclaré le Dr Ibrahima Cissé, responsable de la campagne de Greenpeace Afrique à Dakar.


« Le plan d’aide d’urgence (ORSEC) du gouvernement de Macky Sall est certes un bon recours, mais il est insuffisant. L’augmentation des émissions de gaz à effet de serre est en train de conduire à des événements météorologiques de plus en plus extrêmes dans toute l’Afrique, faisant des ravages et déplaçant des millions de personnes ».[1] 


« Les 15 gouvernements de la CEDEAO doivent surveiller les conditions météorologiques et mieux se préparer aux futures inondations et sécheresses. Il est urgent de mettre en place une politique environnementale adaptée au nouveau contexte et, surtout, de prendre des décisions courageuses á même d’atténuer le changement climatique et d’améliorer la résilience des populations, sans quoi la tragédie du week-end dernier risque de devenir la nouvelle norme durant les périodes hivernales », a conclu le Dr Ibrahima Cissé. 


En février, Greenpeace Afrique a mis en garde contre la prolifération des événements météorologiques extrêmes et a demandé à l’Union africaine de faire de 2020 une année d’action climatique panafricaine.

 

AGM

Source

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here