Editorial: Repenser le développement de l'Afrique par les africains! - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Editorial: Repenser le développement de l'Afrique par les africains!

Partager

Editorial: Repenser le développement de l'Afrique par les africains!


Maxime Kamdem

La marche vers le développement est longue et périlleuse. Elle nécessite d’importants sacrifices et doit prendre en compte certains piliers.

Les frères occidentaux (Asie, Amérique et Europe) l’ont bien compris et ont intégré dans leur modèle de développement :
  • la connaissance de leur histoire, intégrant leur culture ;
  • le développement des infrastructures, y compris dans le secteur agricole ;
  • la maitrise de la technologie, intégrant la recherche et développement (R&D) ;
  • l’énergie, qui est utilisée dans tous les secteurs d’activité.

Aujourd’hui, le souci de protéger la planète est primordial et l’environnement constitue donc un autre pilier, intégré quasiment dans tous les modèles de développement. Seulement, l’Afrique est encore à la traîne et ce retard de développement « relatif », pourrait très rapidement être comblé par « l’exode rural », mais plus encore par « l’exode urbain ».

L’Afrique a longtemps été considérée par certains comme un village ; et donc une zone rurale, tandis que l’Occident est vu, même par certains Africains, comme une ville, une terre d’opportunités ; et donc une zone urbaine. Ce « village » est devenu au fil du temps la terre de toutes les opportunités et l’on observe depuis des décennies un « exode urbain » massif, caractérisé par l’intérêt de l’Occident pour l’Afrique. En conséquence, le constat est froid : les Occidentaux ont une connaissance de l’Afrique souvent meilleure que les Africains eux-mêmes. 

Que ce soit sur des questions environnementales liées à la pollution, aux changements climatiques, à la gestion des déchets, au recyclage, aux énergies renouvelables et bien d’autres, les experts sur ces questions en Afrique sont pour la plupart des Occidentaux. Ceci traduit à suffisance une capitalisation des acquis de « l’exode urbain », conduisant ainsi les Occidentaux à repenser - à tort ou à raison - le modèle de développement de l’Afrique et de le présenter aux Africains.

Ce regard sur « l’exode urbain » permet aussi de s’interroger sur « l’exode rural », ainsi que des bénéfices tirés. Parmi ceux-ci, on peut citer : le savoir-faire, l’expérience acquise, l’appropriation des technologies nouvelles, etc. L’Afrique dispose donc du fait de « l’exode rural », d’un capital humain hautement puissant, qui n’est malheureusement pas capitalisé sur le continent, du fait qu’il n’est pas totalement mis à la disposition de l’Afrique. 

Ainsi notre continent pâtira certainement de l’absence d’intégration des cinq piliers ci-dessus cités dans nos modèles de développement. A titre d’illustration, les politiques environnementales définies sur le plan mondial par les Occidentaux, reprises et appliquées en Afrique sont pour la plupart soutenues par les non Africains, en lieu et place des Africains. Ceci montre à suffisance la force de la capitalisation des acquis de « l’exode urbain ». Pour nous Africains aussi, il est temps de capitaliser les acquis de « l’exode rural » qui, en s’ajoutant à ceux de « l’exode urbain », feront de l’Afrique le nouveau hub mondial.


Pour paraphraser Aimé Césaire, les africains sont « Ceux qui n’ont inventé ni la poudre ni la boussole. Ceux qui n’ont jamais su dompter la vapeur ni l'électricité. Ceux qui n’ont exploré ni les mers ni le ciel, mais ceux sans qui la terre ne serait pas la terre ». Ensemble, faisons de l’Afrique le plus bel endroit de la terre !


AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here