Le salut de l’Afrique passe-t-il par l’énergie nucléaire ? - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Le salut de l’Afrique passe-t-il par l’énergie nucléaire ?

Partager

Le salut de l’Afrique passe-t-il par l’énergie nucléaire ?


Communiqué

Malgré ses progrès au fil des ans, en particulier dans les secteurs du pétrole, du gaz et de l’énergie, ce n’est un secret pour personne que l’Afrique est toujours aux prises avec un réel problème d’accès à l’énergie.

Avec près de 600 millions de personnes sans accès à l’électricité, la question de savoir ce qu’il faudra faire pour éliminer la pauvreté en Afrique est plus que jamais d’actualité.

Alors que le continent a connu de grandes réalisations dans les développements pétroliers et gaziers et a vu le lancement de nombreux programmes d’énergies renouvelables réussis, mettant en ligne des projets de classe mondiale à grande échelle, il n’a toujours pas réussi à combler son fossé énergétique. Quelle est donc la prochaine étape pour l’Afrique ?
Avec l’augmentation de la population et les coûts élevés de l’électricité, les pays africains investissent dans diverses sources de production d’électricité, mais celle-ci restent largement non mises en œuvre, et non sans raison.

L’énergie nucléaire et l’Afrique

L’énergie nucléaire est largement inexplorée sur le continent, l’Afrique du Sud reste le seul pays à posséder une centrale nucléaire commercialisée.

L’Égypte abrite, elle, l’un des plus anciens programmes électronucléaires. Lancé en 1954, le programme est responsable de la centrale nucléaire de 4,8 GW d’El Dabaa, actuellement en phase de construction. Le projet sera développé par la Russian State Atomic Energy Corporation (ROSATOM). La compagnie russe est le plus grand acteur de l’énergie nucléaire en Afrique, ayant conclu des protocoles d’accord avec le Kenya, le Nigeria, le Soudan, la Zambie et l’Ouganda.

Le premier réacteur nucléaire du Kenya devrait être achevé en 2027, tandis que l’accord intergouvernemental de 2019 entre l’Ouganda et ROSATOM pour aider à développer l’infrastructure nucléaire est toujours en vigueur.
Bien qu’il n’ait fait aucune annonce en ce qui concerne la mise en œuvre du nucléaire dans son mix énergétique, le Sénégal a partagé plus tôt cette année sa disponibilité pour l’énergie nucléaire, à travers son Plan intégré de soutien à la sécurité nucléaire (INSSP), développé en collaboration avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

« Avant l’INSSP, nous ne considérions pas la sécurité nucléaire comme un problème qui affectait notre pays, car nous n’avions pas de programme électronucléaire. En coopération avec l’Agence internationale de l’énergie atomique, nous travaillons à évaluer nos menaces », a déclaré Ndèye Arame Boye Faye, directeur général de l’organisme de réglementation du Sénégal, l’Autorité Sénégalaise de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (ARSN). « Depuis que nous travaillons avec l’AIEA, nous avons également réévalué nos priorités et nos capacités et renforcé nos compétences dans le domaine de la sécurité nucléaire », a-t-il alors déclaré.

Les défis de l’énergie nucléaire

L’énergie nucléaire est l’une des options les plus attrayantes lorsqu’on envisage une source d’énergie propre, fiable et rentable. Mais cela ne va pas sans ses défis.
Par exemple, il pourrait falloir des années à un pays pour lancer un programme électronucléaire et le développement des infrastructures ne pourrait pas arriver avant 10 à 15 ans. En termes simples, la route nucléaire nécessite beaucoup de patience et de dévouement – en particulier en Afrique où un certain nombre de pays cherchent à se développer rapidement.

Selon Miliko Kovachev, chef de la Section du développement des infrastructures nucléaires de l’Agence internationale de l’énergie atomique : « Un programme électronucléaire réussi nécessite un large soutien politique et populaire et un engagement national d’au moins 100 ans ».
100 ans, un engagement qui ne répondrait pas aux besoins urgents en électricité de l’Afrique à court terme, en particulier avec la population de l’Afrique subsaharienne qui devrait doubler au cours des 30 prochaines années.
Mais, il existe une solution alternative : les réacteurs nucléaires à petite échelle.

Définis par la l’Association mondiale du nucléaire comme des réacteurs généralement équivalents à 300 MWe ou moins, les réacteurs nucléaires à petite échelle sont conçus avec une technologie modulaire utilisant la fabrication en usine de modules, poursuivant des économies de production en série et des temps de construction courts, ce qui en fait l’une des solutions les plus pratiques pour les pays Africains.
Un autre obstacle majeur de l’énergie nucléaire est le financement. En raison de son coût élevé de mise en œuvre, les pays africains qui envisagent l’énergie nucléaire pourraient être dissuadés. « Mais, il existe des mécanismes de financement comme, par exemple, des agences d’exportation des pays fournisseurs. Exploiter un approvisionnement énergétique fiable et décarboné lorsque les fournisseurs proposent de le financer peut avoir du sens pour plusieurs pays d’Afrique », a déclaré Kovachev.

Les entreprises entrepreneuriales américaines qui comprennent l’Afrique sont susceptibles de réussir. IP3 International, une entreprise fondée par le contre-amiral de la marine à la retraite Michael Hewitt, le général à la retraite John Keane et Robert McFarlane, ancien conseiller à la sécurité nationale du président Ronald Reagan, est susceptible de jouer un rôle important avec une approche innovante qui donne la priorité aux Africains et s’appuie sur une approche d’autonomisation locale.

Tous ces obstacles peuvent être surmontés, et l’Afrique est prête à les relever.
« Des plateformes telles que le Cadre international de coopération pour l’énergie nucléaire et IP3 International sont essentielles pour ouvrir le dialogue sur les bonnes approches pour l’Afrique », a déclaré NJ Ayuk, président de la Chambre africaine de l’énergie. « Parce que l’énergie nucléaire est encore un concept étranger à de nombreuses économies africaines, nous devons tirer nos leçons du reste du monde et participer aux conversations sur l’efficacité, la sûreté et la sécurité nucléaires pour que nous jetions les bases du développement nucléaire africain ».

L’énergie nucléaire et le débat sur le changement climatique

Alors que le débat sur le changement climatique se poursuit et que la communauté mondiale recherche des sources d’énergie plus propres, le passage à l’énergie nucléaire pour les pays africains signifierait qu’ils sont en mesure de réduire leurs émissions de carbone, comme exprimé dans l’Accord de Paris.

« La croissance économique en Afrique, la création d’emplois et l’amélioration de la qualité de vie dépendent d’une énergie abordable et abondant. L’énergie nucléaire est propre, fiable et abordable », a déclaré Ayuk. « C’est une solution viable pour l’Afrique. Bien sûr, cela prendra beaucoup de temps, de travail acharné et ce sera difficile, mais nous devons chercher des solutions énergétiques alternatives. Nos populations augmentent et l’écart se creuse, nous devons nous attaquer à la question de l’électricité et nous devons être ouverts à le faire en explorant différentes voies », a-t-il ajouté.

En faisant progresser les programmes d’énergie nucléaire, la Chambre africaine de l’énergie encourage les gouvernements à faire preuve d’une forte volonté politique et à créer des environnements permettant au nucléaire de prendre sa place dans nos mix énergétiques. Pour commencer, les pays africains doivent aller de l’avant avec les programmes, mettre en place des politiques et des réglementations et tirer les leçons des expériences de la Chine et de la Russie. Si nous voulons assurer un accès à l’énergie pour tous, nous devons agir maintenant. L’énergie est l’épine dorsale de notre développement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here