ENDA ENERGIE, GNDR ET DES PARTENAIRES ONT LANCÉS DES TRAVAUX POUR L’ÉLABORATION D’UN PLAN RÉGIONAL DE PLAIDOYER POUR LE RENFORCEMENT DE LA GESTION A BASE COMMUNAUTAIRE DES RISQUES DE CATASTROPHE. - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

ENDA ENERGIE, GNDR ET DES PARTENAIRES ONT LANCÉS DES TRAVAUX POUR L’ÉLABORATION D’UN PLAN RÉGIONAL DE PLAIDOYER POUR LE RENFORCEMENT DE LA GESTION A BASE COMMUNAUTAIRE DES RISQUES DE CATASTROPHE.

Partager

ENDA ENERGIE, GNDR ET DES PARTENAIRES ONT LANCÉS DES TRAVAUX POUR L’ÉLABORATION D’UN PLAN RÉGIONAL DE PLAIDOYER POUR LE RENFORCEMENT DE LA GESTION A BASE COMMUNAUTAIRE DES RISQUES DE CATASTROPHE.


Les effets des changements climatiques extrêmes constituent le défi majeur du 21ème Siècle pour l’ensemble des pays du monde et en particulier les pays les moins avancés (PMA) d’Afrique subsaharienne. Au Sénégal, comme dans la sous-région Afrique de l’Ouest, les impacts des changements climatiques présentent des risques sérieux pour l’agriculture, les ressources en eau et les zones côtières déjà fragiles. Ces trois secteurs occupent une place importante dans l’économie nationale et leur sensibilité aux impacts des changements climatiques risque de remettre en question les objectifs de développement du plan Sénégal Émergent.

C’est dans ce contexte qu’un Atelier REGIONAL D’INFORMATION & DE SENSIBILISATION SUR L’INSTITUTIONNALISATION DE LA GESTION A BASE COMMUAUTAIRE DE RISQUES DE CATASTROPHES s’est tenue à Saly du 1O au 11 Mars 2020.

Durant les deux jours de travaux dont Africa Green Magazine a pris part, l’atelier régional a mobilisé divers acteurs et partenaires pour informer et sensibiliser adéquatement sur l'institutionnalisation de la gestion à base communautaire des risques de catastrophe. Le but étant de servir de plateforme de communication pour promouvoir l'institutionnalisation de la GBCRC et accroître la visibilité des initiatives de la société civile dans la gestion des risques de catastrophe.

Dans son discours de Bienvenue, le directeur d’Enda énergie, M. Sécou Sarr, a rappelé que dans la dernière décennie, l’Afrique, en particulier le Sahel, a connu des catastrophes d’une fréquence et d’une amplitude de plus en plus importante.  ‘’Ces catastrophes sont souvent d’ordre hydrométéorologiques, exposant ainsi nos pays aux conséquences des changements climatiques, avec comme incidences, la désertification, la sécheresse, les inondations, l’insécurité alimentaire, l’érosion côtière, etc.’’ d’après lui, ces problèmes climatiques n’épargnent pas les populations avec les famines, les déplacements de populations, les migrations, les conflits, etc.

Cependant, d’après M. Secou SARR, ‘’Les communautés ont développé des approches innovantes sur la base des connaissances, de l’expérience et des capacités qu’elles possèdent en matière de renforcement de la résilience. Malheureusement, ces approches à base communautaire ne sont que rarement étendues au-delà de la communauté qui les a développées’’, souligne M. Sarr/

Le président du Conseil d’administration du GNDR, Monsieur Emmanuel Seck, lors de sa présentation a indiqué qu’environ 34 millions d’Africains ont ‘’durement ressenti’’ les effets des catastrophes d’origine climatique tels que la sécheresse avec les crises alimentaires, les inondations, entre autres rien que pour l’année 2012.

Il a également ajouté qu’environ 147 catastrophes ont été enregistrés en Afrique depuis 2011 dont 19 sécheresses et 67 inondations qui ont touché ‘’plusieurs millions’’ de personnes à travers l’Afrique et causé des pertes de 1,3 milliard de dollars.

C’est dans cette optique que le GNDR, par la voix de son représentant M. Kossivi Adessou, Coordinateur du développement régional pour l'Afrique de l’Ouest, souhaite dans le cadre d’une perspective d’intégration de ces approches dans les politiques et pratiques nationales, mettre en œuvre ce projet d’institutionnalisation de la GBCRC, en collaboration avec des partenaires nationaux et internationaux par lesquels Enda, JVE-Niger et le Réseau MARP Burkina-Faso.

L’atelier qui à durer deux jours a permis des échanges sur les expériences des uns et des autres. À cet effet, aux sorties de ces échanges, les acteurs de la société civile et partenaires intervenant dans la gestion des risques de catastrophe ont pu avoir une meilleure connaissance des concepts et se sont approprié l'initiative d'institutionnalisation de la GBCRC. Et de plus, des nouvelles pistes d'action et un plan régional de plaidoyer pour renforcer l'institutionnalisation de la GBCRC aux niveaux local, national et régional ont étés élaborés.

Monsieur Abdou Sané, ancien député et représentant du directeur de l’environnement et des établissements classés, a quant à lui réaffirmé la contribution de l’Etat du Sénégal, à travers le ministère de l’Environnement et du Développement Durable, l’« approche inclusive » et la mise en place d’importantes initiatives dans la construction nationale de la résilience pour faire face aux risques de catastrophe.

Benjamin Djeukoua
AGM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here