Zimbabwe : une hausse de 95% de la production de coton - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

Zimbabwe : une hausse de 95% de la production de coton

Partager

Zimbabwe : une hausse de 95% de la production de coton


Au Zimbabwe, le secteur agricole reste un important secteur productif de l’économie du pays. Le secteur est divisé en grandes exploitations commerciales, qui occupent environ 40% de la superficie totale des terres et de l’agriculture à petite échelle sur des exploitations exiguës situées sur des terres beaucoup moins fertiles, qui est à la fois commerciale et de subsistance. Parmi les cultures d’exportation, le coton a connu une forte croissance au plan des recettes d’exportation. 

Cette spéculation est cultivée par les petits et grands agriculteurs, a été à la tête des cultures d’exportation et a permis la fondation d’une grande industrie textile nationale. Sa production a augmenté régulièrement depuis que les agriculteurs ont été contraints de diversifier leur production, trop excessivement axée sur le tabac. En 2006, l’exportation de coton a rapporté plus de 102 millions de dollars au Zimbabwe. Un total de 80 000 tonnes de coton de qualité supérieure a été exporté, notamment vers la Chine. Cette somme n’est pas à négliger dans l’économie du pays, ce qui encourage l’Etat à mettre en place des politiques d’amélioration de cette culture.

Hausse de 95% de la production cotonnière

Le coton est un des principaux produits agricoles d’exportation du pays mais nombre d'agriculteurs s'en étaient détournés en raison de la faiblesse des cours mondiaux. Selon les chiffres de l'Agricultural Marketing Authority, la production de coton au Zimbabwe a fait un bond de 95% sur la campagne 2017/18, à 142 700 tonnes (t) contre 73 100 t la campagne précédente. Il s'agit du volume de production le plus élevé depuis 5 ans. Cette hausse est boostée par la politique gouvernementale en faveur des intrants, le Présidential Input Scheme, et d'investissements du secteur privé. Durant la campagne 2018, les producteurs ont perçu un prix minimum de 51,7 à 55 cents le kilo, avant les ajustements liés aux qualités.

A.G.M
Source

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here