La FAO aide à lutter contre une maladie affectant la banane en Amérique latine et dans les Caraïbes - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

La FAO aide à lutter contre une maladie affectant la banane en Amérique latine et dans les Caraïbes

Partager

La FAO aide à lutter contre une maladie affectant la banane en Amérique latine et dans les Caraïbes


L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a lancé un projet d'urgence afin d'aider les pays en Amérique latine et dans les Caraïbes à lutter contre la propagation de la fusariose, une maladie fongique capable d'anéantir les cultures de bananes dont dépendent des millions de personnes.

La maladie, causée par la souche la plus récente d’un champignon, touche la production de nombreuses variétés de plantains et de bananes dont la Cavendish, l'une des variétés les plus populaires à travers le monde. Elle représente 47% de la production mondiale. 

La fusariose TR4, bien que n'étant pas dangereuse pour la santé humaine, peut entraîner une perte des rendements et constituer ainsi une importante source d'inquiétude pour les pays et pour les communautés où la production de bananes est une source essentielle de nourriture, de revenus pour les ménages et de recettes au niveau des exportations.

La TR4 a été détectée pour la première fois en Amérique latine et dans les Caraïbes et notamment en Colombie où 175 hectares de cultures de bananes ont été mis en quarantaine par l'Institut agricole colombien.
L'Equateur est le plus grand exportateur de bananes au monde tandis que la Colombie, le Costa Rica et le Guatemala sont également d'importants producteurs. Si la maladie se propage, cela aurait un effet dévastateur sur les agriculteurs et leurs familles à travers la région.

Ce projet d'urgence aidera les pays à développer des plans d'action régionaux et nationaux et à améliorer leurs capacités à prévenir, à diagnostiquer, à surveiller, à contenir les épidémies, à sensibiliser et à diffuser les informations au sein des communautés agricoles. 
Le nouveau projet contre la fusariose TR4 en Amérique latine et dans les Caraïbes vise également à renforcer la collaboration et à améliorer le partage d'expériences entre les pays de la région.
Un marchand de bananes à Rio de Janeiro, au Brésil. Photo FAO/Giuseppe Bizzarri
Limiter la propagation de la maladie
La TR4 est un agent pathogène qui peut se transmettre par le biais du matériel de plantation infecté, par le sol, l'eau ou d'autres moyens physiques contaminés tels que des chaussures, des outils ou encore des pneus. Une fois établi, l'agent pathogène demeure dans le sol pendant plusieurs décennies et il n'existe actuellement aucun moyen de l'éradiquer complètement.

Néanmoins, certaines mesures peuvent être prises afin de limiter la propagation de la maladie dont, entre autres, la mise en place de mesures phytosanitaires et de prévention, l'instauration d'un cadre réglementaire approprié, ou encore une meilleure sensibilisation des agriculteurs.

« Les pays se doivent d'être vigilants en surveillant et en contenant les cas de TR4. Seule une application à la lettre des mesures phytosanitaires peut empêcher la maladie de se propager », a déclaré Hans Dreyer, Directeur de la Division de la production végétale et de la protection des plantes à la FAO.

La diversification, une meilleure santé des sols et une meilleure utilisation des ressources génétiques disponibles sont essentielles afin de renforcer la résilience face à la maladie sur le long terme. Les menaces pesant sur la banane Cavendish pourraient également encourager les agriculteurs et le secteur privé à s'éloigner de la monoculture pour s'orienter vers des systèmes de plantation de plus grande biodiversité, en se tournant notamment vers les 1.000 autres variétés de bananes qui existent. 


A.G.M
Source

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here