La Banque africaine de développement, le Portugal et le Cap Vert signent un accord pour accélérer la diversification et le développement du secteur privé - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

La Banque africaine de développement, le Portugal et le Cap Vert signent un accord pour accélérer la diversification et le développement du secteur privé

Partager

La Banque africaine de développement et les gouvernements du Cap -Vert et du Portugal ont signé un mémorandum d'accord spécifique à chaque pays pour la mise en œuvre du pacte lusophone, qui vise à accélérer le développement du secteur privé dans les pays africains lusophones.

La signature a eu lieu le 1er juillet sur l’île de Sal, entre Olavo Correia, vice-Premier ministre et ministre des Finances du Cap-Vert, et Helena de Paiva, ambassadrice du Portugal au Cap-Vert; et Moono Mupotola, directeur de l’intégration régionale de la Banque. Plus de 200 investisseurs et prêteurs capverdiens et internationaux l'ont vu.

Correia a qualifié cette occasion de «journée importante pour le Cap-Vert», soulignant que cela témoignait de la détermination du pays à faire progresser la croissance du secteur privé, élément essentiel pour notre pays.

«Nous sommes confiants que le Pacte nous aidera à diversifier et à renforcer l’économie du Cap-Vert dans les années à venir», a ajouté Correia.

Le pacte lusophone est une plate-forme de financement associant la Banque africaine de développement, le Portugal et les six pays africains lusophones (PALOP): Angola, Cap-Vert, Guinée équatoriale, Guinée Bissau, Mozambique et Sao Tomé-et-Principe. Il fournit des produits d’investissement et une assistance technique pour atténuer les risques, afin d’accélérer le développement du secteur privé dans les pays africains lusophones.

À la suite de la signature du pacte lusophone général lors du Forum sur l'investissement en Afrique en novembre 2018, la Banque et le Portugal signent des accords spécifiques avec chaque PALOP, axés sur les besoins de chaque pays. L'accord avec le Mozambique a été signé en mars 2019 et un accord avec l’Angola sera signé le 10 juillet.

Selon M. Moono, «le Pacte contribuera à éliminer les goulots d'étranglement des infrastructures de Cap-Vert qui limitent le développement et la diversification du secteur privé. Cela transformera des secteurs tels que la transformation de l'agriculture, l'économie bleue et la petite industrie afin de soutenir la croissance inclusive et la création d'emplois formels pour les jeunes et les femmes du Cap-Vert ».

Le gouvernement portugais a alloué 400 millions d'euros de garanties et d'autres mécanismes de partage des risques dans le budget national 2019 pour soutenir la mise en œuvre du pacte, a déclaré de Paiva.

Les projets éligibles au titre du Pacte devraient s’aligner sur les priorités de développement de la Banque, les documents de stratégie par pays et les plans de développement nationaux pertinents et impliquer le pays hôte et au moins deux autres signataires du Pacte. L'accent sera mis principalement sur les énergies renouvelables, les chaînes de valeur agricoles et agroalimentaires, l'eau et l'assainissement, les infrastructures, le tourisme, le financement et les TIC.

Le MdE du Cap-Vert identifie une liste de projets d’investissement potentiels d’une valeur d’environ 470 millions de dollars, qui seront analysés par les points focaux nationaux du Pacte Lusophone de la Banque, du Cap-Vert et du Portugal et priorisés pour un soutien supplémentaire.

Le protocole d'accord prévoit également des projets d'assistance technique pour accélérer la croissance du secteur privé et des partenariats public-privé. À Cabo Verde et ailleurs, la préparation des projets a été identifiée comme l’un des principaux obstacles à la viabilité financière des projets.



Source: Groupe Banque Africaine de Développement (BAD)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here