POPULATION ANIMAL, LE DECLIN DE VERTEBRES SIGNALEES DANS UN RAPPORT DE L’ONG WORLD WILDLIFE FUND (WWF) - Africa Green Magazine

Post Top Ad

Responsive Ads Here

POPULATION ANIMAL, LE DECLIN DE VERTEBRES SIGNALEES DANS UN RAPPORT DE L’ONG WORLD WILDLIFE FUND (WWF)

Partager

POPULATION ANIMAL, LE DECLIN DES VERTEBRES SIGNALEES DANS UN RAPPORT DE L’ONG WORLD WILDLIFE FUND (WWF)


AGM/ La disparition significative  des animaux vertébrés a été constatée  par l’ONG écologique WWF. Dans son 13ème rapport publié le jeudi 10 septembre 2020, l’organisation non gouvernementale indique une perte de 68% de la population des vertébrés sauvages entre 1970 et 2016.  Ces animaux, composés de poissons, mammifères, amphibiens, oiseaux et reptiles en voie de disparition ont attiré l’attention des responsables de l’ONG qui appelle au renforcement et à la conservation des animaux sauvages en mettant les communautés locales au cœur de la protection de la nature.
@Pixel-mixer/Pixabay

Ce déclin lié aux activités humaines à beaucoup impacté sur la résistance de ces espèces animales qui aujourd’hui disparaissent progressivement. Sur tous les continents, la faune des zones humides, lacs et rivières est en péril, avec un déclin moyen de 84%. En particulier les reptiles, les amphibiens et les poissons d’eau douce, dont une espèce sur trois est menacée d’extinction. Ils sont victimes de la pollution de leur lieu de vie, de la construction de barrages, de maladies et de la surpêche.

En République démocratique du Congo, les gorilles des plaines de l’Est ont reculé de 87% en vingt ans, tandis que l’esturgeon se fait de plus en plus rare en chine dans le Yangzi avec une chute de 97% en raison du nombre de barrage dressé sur le fleuve pour l’hydroélectricité. D’autres espèces sont aussi en danger d’extinction comme le moineau qui a perdu 60% de ses effectifs depuis les années 1980, et également les populations de tortues Luth qui se sont effondrées en Guyane.

Arnaud Gauffier, directeur des programmes au WWF France révèle que les études faites cette année par les scientifiques montrent que la tendance est à l’accentuation de la chute globale de la vie sur terre. En 2020, Il est donc calculé par la Société zoologique de Londres une étude de  l’évolution de 21.000 populations de vertébrés, représentant environ 4000 espèces.
@Ralph/Pixabay

Le constat fait par Véronique Andrieux, directrice du WWF France, stipule que l’agriculture industrielle est responsable de 80% de la déforestation globale. Elle est aussi responsable de près de 30% des émissions globales de gaz à effet de serre. Selon elle, La conversion des forêts, mais aussi des savanes, des zones humides et des prairies en terres agricoles, est le principal facteur d’affaiblissement de la biodiversité et cela met vraiment le modèle de production et de consommation alimentaire en jeu.

Toutefois, L’ONG et la communauté scientifique comptent mener un combat à l’horizon 2O5O afin de stabiliser et d’inverser le déclin de la biodiversité. Pour cela, ils proposent un renforcement des efforts de conservation, une transformation du modèle agricole vers une production alimentaire plus durable et une lutte contre le gaspillage alimentaire.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Post Bottom Ad

Responsive Ads Here